Textes publiés en 2011, dans un ancien espace du Passeur de la Côte

LIVRES USAGÉS DE TOUTES SORTES EN VENTE CHEZ SECOURS-MISSIONS,

À LÉVIS (QUÉBEC)

Acheter des livres chez Secours-Missions c’est aider des défavorisés !

RENSEIGNEMENTS :

F. Fernand Blanchet

Secours-Missions

30, rue du Juvénat

C.P. 3025

Lévis (Québec, Canada)

G6V 6P5

Téléphone : 418 839 0291

lucsmfic@yahoo.ca

http://www.jnd.qc.ca/partenaires/Secours-missions.php

QUI EST ET QUE FAIT SECOURS-MISSIONS ?

Situé sur le site du Juvénat Notre-Dame, à Lévis (Québec), Secours-Missions est un organisme humanitaire et missionnaire, sous la responsabilité des Frères de l’Instruction chrétienne, habilité à émettre sur demande des reçus de charité pour fins d’impôts. Par des activités diverses, cet organisme s’emploie à faire connaître les projets et les besoins des missionnaires à des collaborateurs et collaboratrices. Il suscite aussi la collaboration du public.

PAYS ET SECTEURS D’INTERVENTION

Secours-Missions intervient dans une dizaine de pays d’Afrique mais aussi aux Philippines, au Sénégal, en Haïti, etc. Son aide dans ces pays touche particulièrement l’éducation, la santé et la prise en charge de leur propre développement.

Il existe plusieurs moyens de nous aider. Les dons monétaires sont toujours très appréciés. Nous avons également un entrepôt où nous pouvons recevoir différents articles revendables dans un marché aux puces. Pour des renseignements, adressez-vous à F. Luc Frenette. Vos vieux volumes en bon état sont de bonnes ressources également. Pour des informations concernant les volumes, vous adressez à F. Fernand Blanchet.

Source : http://www.jnd.qc.ca/partenaires/Secours-missions.php

……………………………………………..……………………

GRANDE ET BONNE NOUVELLE :

Communiqué de la Ville de Lévis, 30 septembre 2011

Collection de l’Oeuvre David-Déziel

LA CORPORATION ŒUVRE DAVID-DÉZIEL FAIT DON DE SA COLLECTION À LA VILLE DE LÉVIS

Lévis, le 30 septembre 2011. – Ce matin, la mairesse de Lévis, Madame Danielle Roy Marinelli, a reçu avec reconnaissance et fierté la Collection de l’Oeuvre David-Déziel, don exceptionnel de la Corporation Oeuvre David-Déziel offert par le président de la corporation, Mgr Loïc Bernard.

En effet, c’est avec la plus grande considération que le conseil de la Ville a accepté, en mai 2011, l’offre de la corporation de faire don de sa collection en guise de mémorial des prêtres éducateurs du Collège de Lévis de 1853 à 2003. L’acquisition de cette collection s’inscrit dans les visées de la Politique culturelle de la Ville de Lévis, c’est-à-dire mettre en valeur la richesse et la diversité des patrimoines de Lévis en plus de faire connaître l’histoire de Lévis.

« Ce précieux legs coïncide magnifiquement avec l’année de nos grandes célébrations et également avec les Journées de la culture qui se déroulent partout au Québec. Mettre en valeur la richesse et la diversité de notre patrimoine en plus de faire connaître notre histoire sont au cœur de notre volonté d’acquérir cette remarquable collection. Nous avons saisi une excellente opportunité », a mentionné la mairesse, Mme Roy Marinelli.

La création d’un centre d’archives agréé à vocation muséale vient s’inscrire dans les projets du plan directeur des équipements culturels. D’ici la réalisation de ce centre, la collection continuera d’être hébergée dans les locaux du Collège de Lévis grâce à des ententes prises avec les responsables. De plus, afin d’assurer la conservation et la diffusion de la collection, la Ville de Lévis procèdera, en 2012, à l’embauche de deux nouvelles ressources d’expertise au sein de l’équipe du Service des arts et de la culture. La location d’espaces et l’embauche de personnel nécessiteront des investissements de l’ordre de 175 000 $ par année.

FIN DU COMMUNIQUÉ

Commentaires du Passeur de la Côte :

La Collection de l’Oeuvre David-Déziel « continuera d’être hébergée dans les locaux du Collège de Lévis », souligne le communiqué. Malheureusement, lesdits locaux, inaccessibles à la population, sont inadéquats, ils ne sont pas conformes aux normes applicables aux centres d’archives et aux musées; par conséquent, la Collection est en danger. Espérons que sera rapidement créé un centre d’archives agréé à vocation muséale qui abritera et mettra en valeur la Collection ainsi que les archives et objets muséaux des sociétés d’histoire de Lévis. Le personnel politique existant, à Québec et à Lévis, y tient-il très fort? Le temps passe et le centre n’apparaît pas. En 2008, la chef du Service des Arts et de la Culture de la Ville de Lévis, Madame Nathalie Ouellet, rappelait, dans la revue de la Société d’histoire régionale de Lévis, que « Depuis plus de 15 ans déjà, la Ville de Lévis ainsi que plusieurs organismes voués à la conservation et à la mise en valeur des richesses patrimoniales de Lévis caressent le rêve de voir s’établir sur le territoire, un centre d’archives agréé. » (La Seigneurie de Lauzon, numéro 108, hiver 2008, p. 6) Les vieux vous diront que le rêve dont parle Madame Ouellette a commencé il y a bien plus de quinze ans…

Note : La collection dont hérite la ville de Lévis aurait été plus importante et plus riche si elle avait été acquise plus tôt, c’est-à-dire avant que l’Oeuvre David-Déziel ne se départisse d’un certain nombre objets.

……………………………………………………..

SECOURS TIERS-MONDE

Site web de Secours Tiers-Monde : http://www.secourstiersmonde.org/index.htm

Historique

Fondé à Lévis en avril 1986, Secours Tiers-Monde est un organisme sans but lucratif qui vient principalement en aide aux enfants les plus défavorisés dans les pays en voie de développement. Son conseil d’administration est composé de sept membres bénévoles nommés pour un mandat de trois ans.

C’est par l’intermédiaire de missionnaires québécois et organismes locaux connus que Secours Tiers-Monde répond à des besoins pressants dans plus de vingt pays. Le but de l’organisme est de promouvoir des projets de développement en santé, éducation, agriculture, alimentation tout en favorisant l’autonomie des populations touchées.

Siège social

Secours Tiers-Monde

20, rue Notre-Dame

Lévis (Québec, Canada)

G6V 4A4

Tél. : (418) 833-5778

Sans frais : 1-866-755-5778

Fax : (418) 833-5778

Courriel: secours.tiers.monde@bellnet.ca

(Le texte que vous venez de lire a été tiré du site web de Secours Tiers-Monde : http://www.secourstiersmonde.org/index.htm).

……………………………………………….

AMITIÉ HAÏTI-LÉVIS

Site web d’Amitié Haïti-Lévis : http://www.clevislauzon.qc.ca/haiti/index.htm

Consultez http://www.clevislauzon.qc.ca/haiti/ahl/infoamitiehaitilevis-mai2011.pdf.

Fondée en avril 1991, Amitié Haïti-Lévis est une organisation sans but lucratif constituée en vertu de la partie 3 de la Loi des compagnies du Québec. L’essentiel de ses activités vise à permettre à des étudiants de s’impliquer de façon active dans un projet de coopération internationale ainsi qu’à développer et à maintenir un programme d’entraide et de coopération avec des institutions scolaires et de santé haïtiennes et dominicaines. Ainsi, l’œuvre d’Amitié Haïti-Lévis a un impact autant au Québec qu’à l’étranger grâce à sa mission de sensibilisation auprès de la communauté collégiale que par ses activités à l’étranger.

 Cette organisation créée par des employés du Cégep de Lévis-Lauzon a été reconnue par cette même institution le 31 mai 1995. (Note du Passeur de la Côte : un cégep est un Collège d’enseignement général et professionnel.)

 Toutes les personnes qui s’impliquent dans Amitié Haïti-Lévis, autant les membres du conseil d’administration que les accompagnateurs lors des voyages, le font sur une base volontaire et de façon bénévole. Conséquemment, Amitié Haïti-Lévis ne compte pas de personnel permanent.

Depuis sa fondation, Amitié Haïti-Lévis a effectué près d’une trentaine de séjours à l’étranger (missions exploratoires et préparatoires, stages pour étudiants) dont la majorité en Haïti et les plus récents en République dominicaine.

RENSEIGNEMENTS :

Courrier électronique

amitiehaitilevis@clevislauzon.qc.ca

Adresse postale

Amitié Haïti-Lévis

Cégep de Lévis-Lauzon

205, rue Mgr Bourget

Lévis (Québec, Canada)

G6V 6Z9

Source : http://www.clevislauzon.qc.ca/haiti/quisommesnous.htm

………………………………………………………………..

AURÉAT, FILLE DE LAURÉAT VALLIÈRE

Vous connaissez l’artiste romualdien Lauréat Vallière (1888-1973); connaissez-vous la peintre Auréat Vallière? C ‘était la fille de Lauréat. Une enfant qui se fit religieuse et peintre. L’une de ses œuvres, créée vers 1940, a été donnée à la Société d’histoire de Saint-Romuald par les moines d’Oka, quand ils ont déménagé à Saint-Jean-de-Matha en 2009. Elle sera exposée en permanence dans la sacristie de la paroisse de Saint-Romuald.

La toile a été présentée le 10 juin 2011 lors du lancement du numéro de 2011 de La Carvelle, revue de la Société d’histoire de Saint-Romuald. Ce généreux numéro (63 pages, beaucoup de photos anciennes) est consacrée aux communautés religieuses de Saint-Romuald; ben fol qui s’en priverait. Son lancement a été très réussi.

Voici le titre de quelques articles de la dernière Carvelle : Histoire des religieuses de la Congrégation Notre-Dame; Les Trappistines (Cisterciennes) à Saint-Romuald; Le Juvénat de Notre-Dame-du-Saint-Laurent; Les Filles de Sainte-Marie-de-Leuca; Les Marianistes à Saint-Romuald.

« Né en 1888 à New-Liverpool (Saint-Romuald), Lauréat Vallière fait partie de cette lignée d’artistes et d’artisans du bois qui ont fait de Saint-Romuald le centre de l’art religieux dans l’histoire du Québec contemporain. Élève de Ferdinand Villeneuve, il a exercé, pendant plus de soixante ans, l’art de la statuaire auprès des maîtres qu’il a côtoyés aux ateliers de Saint-Romuald. Artiste complet, il a touché au dessin et à la peinture ainsi qu’à la sculpture sur bois et sur pierre. Il est décédé en 1973. » (Site web de la ville de Lévis, http://bibliotheques.ville.levis.qc.ca/Bibliotheques/Bibliotheques/Laureat-Valliere.aspx)

………………………………………………….

Le ministre Steven Blaney veut toujours nous voir partir : il continue de nous offrir ses cliniques de demande de passeport. À ma connaissance, il n’invite jamais ses électeurs à des cliniques d’information sur l’aide sociale, de demande de prestations d’assurance-chômage, d’aide à la recherche d’un médecin, de prévention de la maltraitance des enfants et des aînés; non, M. Blaney veille sur le bien et le bonheur des personnes qui voyagent, y compris celles qui vont se baigner en République Dominicaine, magasiner sur les Champs-Élysées, skier au Colorado. Voyez son annonce parue dans Le Peuple Lévis le 19 mai 2011. – Au fait, avec « ses » cliniques, M. Blaney respecte-t-il la loi, les règlements ?

STEVEN BLANEY UTILISE-T-IL DES FONDS PUBLICS POUR SE FAIRE DE LA PUBLICITÉ ?

CE SERAIT ILLÉGAL, BIEN SÛR !

Qui offre des cliniques de demande de passeport dans la circonscription électorale de Lévis-Bellechasse ? Est-ce l’organisme gouvernemental appelé Passeport Canada (Passeport Canada a une unité de passeport mobile) ? On a plutôt l’impression que c’est le député Steven Blaney, membre du Parti conservateur de Stephen Harper, et qu’il puise dans son propre porte-monnaie pour les payer. Dans sa « publicité », Steven Blaney dit : « Au plaisir de vous voir dans notre clinique! » Il dit « notre »; c’est de lui dont il parle puisqu’il n’est question de personne d’autre ni d’aucun service gouvernemental dans son texte. Il dit aussi, et là c’est clair, « Je tiens à inviter ceux et celles qui planifient voyager sous peu à venir assister à mes cliniques de passeport. » Et si on veut des renseignements, on est invité à lui écrire ou à l’appeler. Et sa « publicité », qui la paie ? Steven Blaney ou les contribuables, c’est-à-dire vous et moi ? Si Steven Blaney utilise votre argent et le mien pour payer sa « publicité », pourrait-il nous dire de quel droit ? Pourrait-il nous dire si c’est légal?

…………………………………………………

POUR DÉCOUVRIR LÉVIS AUTREMENT : http://levisautrement.org/

« LÉVIS AUTREMENT est une corporation sans but lucratif enregistrée au Registraire des entreprises du Québec. Elle regroupe des Lévisiennes et Lévisiens de l’ensemble du territoire désireux d’assurer une plus grande vitalité à la démocratie municipale, d’apporter une contribution positive, tout en faisant contrepoids à l’unanimisme ambiant découlant d’une absence totale d’opposition au conseil de ville. »

(http://levisautrement.org/)

………………………………….

Lévis naît de l’activité portuaire, ferroviaire et industriel de son littoral.

(Roch Samson, L’émergence d’une zone industrielle et urbaine, dans Histoire de Lévis-Lotbinière , p. 395)

………………………………….

POUR LOUIS FRÉCHETTE, AUCUN MONUMENT

???

Le titre ci-dessus est celui d’un journal de Lévis publié dans les années 1930. Cette publication était trop optimiste : en 2010, à Lévis, aucun monument ne rappelle la vie et l’oeuvre de Louis Fréchette, journaliste, avocat, homme politique, surtout écrivain, auteur d’oeuvres encore publiées de nos jours.

Dans les années 2010, la ville de Lévis et la mairesse, Danielle Roy Marinelli, ainsi que les députés Steven Blaney et Gilles Lehouillier, ont décidé qu’il faut qu’un personnage à qui Lévis ne doit rien, le capitaine Joseph-Elzéar Bernier, ait un deuxième monument à Lévis. Soyons optimiste : ce projet subira le même sort que celui conçu dans les années 1930 pour Fréchette.

 ……………………………………………………………………………………

LIEU HISTORIQUE NATIONAL DU CANADA DU CHANTIER A. C. DAVIE

Le Lieu historique national du Canada du chantier A. C. Davie est la propriété de la Ville de Lévis depuis 1994. Dans son site web on nous informe que sa mission « est de commémorer l’importance de la construction navale à Lévis et dans le havre de Québec par la SAUVEGARDE [les majuscules sont de nous], l’acquisition et la mise en valeur des sites, bâtiments et équipements, des collections et des documents d’archives […] » (http://www.acdavie.com/fr/qui/mission/). Un coup d’œil sur le Lieu suffit pour constater que cette mission est loin d’être remplie correctement. Le plan de halage, les lisses, on dirait qu’ils sont négligés, laissés sans protection, abandonnés, ils ne sont pas maintenus intacts, c’est évident, leur sauvegarde n’est pas assurée !

………………………….